Appui aux associations œuvrant dans le domaine de la sante auprès des plus vulnérables

Pour réduire l’inégalité de l’accès à la santé, le Consulat de Monaco à Madagascar s’est aussi donné comme mission d’appuyer des associations œuvrant dans le domaine de la santé auprès des plus vulnérables. Cet appui se fait essentiellement sous la forme de financements soit sous la forme de remise de matériels en collaboration avec ADS.

Cette association malgache fondée en 1993 et devenu ONG en 2006, a mobilisé des partenaires finaniers pour construire un centre d'accueil des familles à proximité du plus grand hôpital de Madagascar, l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Ce centre offre non seulement un hébergement de qualité mais prend également en charge les repas et les soins des enfants hospitalisés, lorsque les parents n'ont pas les moyens.

Située à Mahajanga sur la côte Ouest de Madagascar, l’association « Pour que vive Maroala » a commencé ses activités depuis 2007 en agissant principalement pour l’amélioration de la prise en charge sanitaire des quelques 4.000 habitants du village du même nom. Les actions se sont par la suite étendues dans les communes environnantes avec une amplification des objectifs qui se veulent toucher les autres domaines-clés du développement de ces communes, notamment l’éducation.

Les actions de cette association ont été accompagnées depuis 2009 par l’association « ADS » et le Consulat.

Créée en 2005, l’association a comme objectif de mener toutes actions contribuant à l’amélioration sanitaire des zones les plus démunies de Madagascar, et en particulier d’accompagner l’installation de jeunes médecins malgaches en brousse et de contribuer au développement des villages concernés.

Elle a initié la mise en place d’un dispensaire à Ambalatsingy – Mahajanga, dans une zone sans route ni piste carrossable, où il n’y avait pas de formation sanitaire à moins de 25/30 km de marche et un dispensaire à Masiroka dans le district d’Analalava à 150km de Mahajanga.

Créée en 1983, l'association «AMADIA» (Andia Malagasy Miady amin'ny Diabeta ou l'association malgache contre la diabète) oeuvre pour la prise en charge et la défense des intérêts des diabétiques, la promotion des thérapeutiques pour le diabète et la favorisation de la recherche et de la formation. Comptant plus de 20.000 membres et disposant de 10 antennes repartis dans tout Madagascar, elle propose à la population des séances de sensibilisaton, de dépistage et d'éducation et offre aux patients et leurs familles des consultains, des soins appropriés ainsi qu'une éducation thérapeutique.

En deux mots qui signifient « Enfants heureux », l’association fondée le 16 janvier 2004, par Véronique de Bourgies, victime des attentats de Paris de novembre 2015, a pour but de :

- Rendre possible l’accès à l’éducation via les parrainages, la construction de classes, la médiathèque, le jardin éducatif ;

- Éviter le décrochage scolaire via le soutien scolaire, l’accès à la cantine, l’accompagnement social des familles, la scolarisation des filles ;

- Créer un environnement éducatif favorable par un accompagnement social des familles, un accès à la dentisterie et aux soins de base, et l’animation de divers programmes d’éveil à la créativité et d’animations ludiques et sportives.

Créé en 1990, le CNFPPSH a pour mission de mettre en oeuvre la politique du gouvernement sur les droit personnes en situation de handicap en matière de formation professionnelle et d’intégration sociale.

L'association « Coeurs d'Enfants Nord Madagascar » a été fondée en 2002 à l'initiative de Madame Gina Casinelli, retraitée du milieu médico-chirurgical, et ayant exercé la profession d'assistante chirurgicale auprès des professeurs les plus renommés des hôpitaux français.

Cette association a pour vocation de prendre en charge et d'apporter toute forme d'aide aux enfants atteints de maladies cardiaques congénitales ou infectieuses, en vue de leur permettre d'avoir accès aux traitements appropriés, et le cas échéant aux interventions chirurgicales qui nécessitent des évacuations sanitaires.

Elle oeuvre dans la région d'Antsiranana au Nord de Madagascar qui se trouve à environ 1.000 Km de la capitale Antananarivo.

Le Consulat a représenté la Croix Rouge Monégasque pour signer la convention y afférente avec la Croix Rouge Malagasy. Il est à noter que la Croix Rouge Monégasque, créée en 3 mars 1948 et présidée par Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, répond aux besoins des personnes en situation de pauvreté croissante, infligées par la crise économique ou de multiplication de situation précaire.

Le principal objectif est d’apporter une assistance sociale adaptée à la situation locale par le biais d’une écoute, d’un soutien psychologique, d’un accompagnement et d‘une aide financière ou matériel.

La Croix Rouge Malagasy, quant à elle, est une association de secours volontaire a pour mission de contribuer à l’amélioration des conditions d’existence des plus vulnérables en apportant son soutien dans les domaines de la santé, de la gestion des risques et des catastrophes, de la réduction des risques, de la santé communautaire ainsi que la promotion des principes et valeurs humanitaires.

La fédération regroupe les sages-femmes de toute l’île afin de promouvoir la santé maternelle et infantile des nécessiteux, assurer des soins préventifs et curatifs de qualité, prévenir les risques de mortalité maternelle et infantile et construire des centres de santé pour les mères et enfants défavorisés dans les provinces.

Le projet de lutte contre la cécité initié par le Lions Sight First Madagascar s’inscrit dans le Programme National de Santé Oculaire, mis en œuvre par le Gouvernement Malagasy. Le projet cataracte consiste principalement à dépister gratuitement cette maladie auprès de la population et d’effectuer des opérations gratuites aux personnes atteintes.

Depuis le début du projet en 1998 jusqu’au mois de juin 2010, 48.078 opérations de cataracte ont été effectuées dans 32 hôpitaux et cliniques qui reçoivent l’appui logistique et financière de l’association. Par ailleurs, une augmentation de 17,15% est constatée au niveau des opérations effectuées durant l’année 2010 par rapport à la période précédente.

Créée en 2005 et travaillant étroitement avec le Ministère de la Santé Publique et appuyée également par la Direction de la Coopération Internationale de Monaco, « LCDM » a pour principal objectif de sensibiliser les drépanocytaires et la population en général, donner des formations au personnel de santé, plaidoyer pour une meilleure prise en charge des malades.

Il est à noter que la drépanocytose est une maladie génétique de l’hémoglobine du sang, la plus fréquente dans le monde, et est responsable d’un grand nombre de décès des enfants avant 5 ans. Elle est surtout présente en Afrique intertropicale. A Madagascar, la drépanocytose existe depuis longtemps avec une forte prévalence dans la région Est, particulièrement le Sud-Est de l’île qui compte près de 5.000 cas au moment du dernier dépistage. L’ONG projette de dépister 18.000 à 20.000 enfants jusqu’à fin de l’année 2017.

Les zones d'intervention

Principaux Bénéficiaires