Appui du gouvernement monégasque au plan de riposte à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le grand sud de madagascar

Separateur

Actualités → Appui du gouvernement monégasque au plan de riposte à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle dans le grand sud de madagascar

Description actualité : 

La Direction de la Coopération Internationale Monégasque intervient dans le domaine de la santé avec une attention particulière pour la petite enfance et la nutrition infantile dans les pays vivant encore dans la pauvreté extrême. Dans cette optique, la Coopération Monégasque a apporté son soutien financier au programme élaboré par l’association Action Contre la Faim (ACF) à hauteur de 80 000€ dans l’objectif de prendre part à l’amélioration de la sécurité nutritionnelle des enfants dans le Grand Sud de Madagascar.
Cette aide s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des mesures de prévention et de prise en charge de la malnutrition aiguë pendant la période de soudure, période séparant la fin de la consommation de la récolte de l’année précédente et l’épuisement des réserves de la récolte suivante, communément connue à Madagascar comme le « kere », sans compter le faible rendement des cultures et la récurrence des intempéries naturelles dans cette région.
Par ailleurs, l’enquête sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le Grand Sud d’octobre 2019 a révélé que la situation a empirée avec 33% des communes en alerte ou urgence nutritionnelle.
Dans le but de contribuer à pallier à ce problème, l’ACF s’est résolue à déployer 11 équipes mobiles sur 50 sites d’intervention répartis sur les 8 districts du Grand Sud définis par les autorités sanitaires de chaque district et rattachement.
Aussi, 9 000 enfants âgés de 6 à 59 mois dépistés malnutris aigus, dont 2.000 cas sévères et 7.000 modérés, bénéficieront d’un traitement spécifique accompagné d’une prise en charge médicale ; et 7.000 enfants malades d’une consultation PCIME (Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant).

Plan riposte a l'insecurite

MOT DU CONSUL

Le Consulat a été ouvert fin 2003, afin d’officialiser une relation ancienne entre les 2 pays, le Consulat de Madagascar en Principauté existait depuis 1960 et il a été fermé en 2019.

Habituellement ce sont les pays « riches » qui aident ceux qui en ont besoin et dans ce cas précis, c’est exactement le contraire. Qui prétendrait que la Grande Île est moins riche que le Rocher ?

Trop souvent dans l’histoire, ceux qui veulent le pouvoir ne pensent qu’à assouvir un désir obsessionnel de domination et d’enrichissement. Ils parviennent presque toujours à leurs fins et lorsqu’enfin, les circonstances permettent une alternance, c’est au mieux décevant et souvent pire. Ce ne sont pas les exemples qui manquent. C’est ainsi qu’en quelques décennies, la population malgache n’a cessé de s’appauvrir intellectuellement et économiquement. Tous les voyants sont au rouge et rien ne change. Le président élu début 2019, semble vouloir le changement.

La confiscation des ressources, la bureaucratie, le népotisme et la corruption généralisée sont autant de cancers qui tuent le pays à petit feu depuis 1975. Dans un tel marasme, les aides mises en place par Monaco à travers la coopération et le Consulat, sont bien modestes et noyées dans un océan de misère sociale. C’est dans le déni et l’indifférence que les politiciens et un grand nombre de fonctionnaires ne pensent qu’à leur maintien ; chaque jour étant source de profit.

Ces comportements inacceptables n’étant jamais punis ou si rarement malgré un millefeuille de structures publiques mises sur pied depuis quelques années afin de mener une lutte farouche contre la corruption. Certains se comportent en véritable ennemi de leur propre pays, sous le regard impassible et complice des chancelleries étrangères, des bailleurs de fonds et des organismes multilatéraux, qui ferment les yeux. Chacun doit prendre conscience qu’aucun peuple ni aucun être humain ne devrait subir l’arrogance, la férocité et la folie de qui que ce soit.

Le salut viendra de la capacité et le courage de certains à travers le monde, à inventer un système où chacun pourra donner le meilleur de lui en toute liberté, tout en respectant l’autre, les autres et bien sûr l’environnement. La nature s’est laissée abîmer meurtrie et impuissante et dans l’indifférence quasi générale en 50 ans seulement. Cependant elle prépare silencieusement sa vengeance et a choisi de confier sa revanche au climat qui se chargera de rappeler aux puissants qu’ils ne sont rien, moins que rien. Leur cupidité est sans limite et le cynisme, leur principale qualité.

Tout a été dit et répété à propos du dérèglement climatique mais les actes concrets sont beaucoup trop lents et insuffisants pour le moment et pourtant l’échéance d’une augmentation de la température se rapproche inexorablement et les scientifiques tirent quotidiennement la sonnette d’alarme. Pendant ce temps, nous continuons à avancer vers le précipice avec arrogance et déterminés à tout fiche en l’air. Lorsque nous élisons un dirigeant et même s’il fait n’importe quoi, matin, midi et soir. Il faudra bien souvent patienter 5 ans et parfois des dizaines d’années pour le remplacer. Qui peut concevoir le maintien de telles règles ? Et pourtant rien ne change et le système est impassible inébranlable, prêt à aller jusqu’à la destruction totale.

L’optimisme béat est aussi stupide que l’espoir puéril que les choses s’arrangeront toutes seules et que nous pouvons continuer à vivre et à épuiser la maison commune sans une totale remise en question de l’organisation de la société humaine. Une refonte totale est nécessaire et elle aurait dû s’opérer depuis bien longtemps. On peut toujours en rêver…Le rêve étant notre seule liberté inaliénable.

Consul Honoraire de Monaco